Inter Fréquence

Fondation sous l'égide de la Fondation de France

ESPACE DONATEURS

La Fondation

La fondation Inter Fréquence, sous l’égide de la Fondation de France, est née d’une volonté de s’impliquer dans le spectacle vivant et de soutenir l’initiative artistique & culturelle, les artistes et les échanges culturels internationaux (dont le pays destinataire ou émetteur est la France).

Créée par Béatrice et Alain Paré, la fondation Inter Fréquence a pour objet d’aider à la création, au développement, à la réalisation et à la communication de projets culturels et artistiques.
Elle intervient en terme de :

  • support de projets associatifs (aide à la création en particulier)
  • attention portée à l’émergence de talents « personnes physiques » (attribution de prix/bourses).

Sa création administrative a été actée par la Fondation de France le 12 juin 2013.

Une éthique
Notre raison d’être est de permettre à des projets artistiques d’exister. Notre objectif est d’agir, de faire que ces projets naissent, se développent et touchent le plus grand nombre. Nous pourrions être tentés par la création d’une tribune sur l’insuffisance de moyens attribués à la culture et à l’émergence artistique en particulier, sur le risque d’une société sans art alors que la culture est le premier des liens sociaux… mais ce n’est pas notre combat et d’autres acteurs le font déjà avec engagement et conviction.
Entre manque de moyens et prise de risque artistique, notre volonté est de nous positionner comme une passerelle, un atout, un déclic.
Depuis juin 2013, nous soutenons des projets artistiques par le biais d’associations toujours plus nombreuses. Nous voulons aider le plus d’artistes possible, dans des lieux toujours plus diversifiés, pour un nombre croissant de spectateurs.

L’approche 2016
Sur l’année à venir, la fondation continue d’accompagner les projets qu’elle a soutenus, désireuse d’inscrire son action dans le moyen, voire le long terme : communication autour des musiques actuelles francophones, organisation de festival et scène(s) musicale(s), développement de la réciprocité entre artistes français et communauté francophone...
Nous allons également élargir notre champ d’action par le soutien à de nouvelles associations ayant notamment pour objet :

  • le soutien aux organisateurs de spectacle
  • le développement de spectacles jeune public
  • la mise en lumière d’auteurs
  • un ou plusieurs projets visant à développer des échanges culturels internationaux
  • l’accès à la culture par l’image et la captation

Jules Frutos, patron du Prodiss, le syndicat des producteurs de spectacle vivant, tirait déjà la sonnette d’alarme en mars 2014 (in Electron Libre) : « C’est devenu déraisonnable de signer certains groupes, et trop risqué pour notre société (ndlr : société Alias).
20 % à 30 % de notre activité consiste toujours à faire du développement, parce que c’est notre vocation d’investir sur des artistes qui nous font craquer et qui deviendront les têtes d’affiche de demain. Mais mettre un groupe sur la route aujourd’hui, même s’il ne demande pas grand chose parce qu’il est encore en développement, coûte beaucoup trop cher. On continue à le faire, mais on ne peut pas aller aussi loin qu’on le voudrait, alors que nous sommes une société importante du secteur. La situation est encore plus difficile pour des acteurs plus petits. »
Laurent Sabatier, directeur du Nouveau Casino/café Charbon, confirme lors de la journée juridique des centres de ressources sur le mécénat, le parrainage et le crowdfunding (17 mars 2014) : « Produire un spectacle sur un artiste émergent signifie aujourd’hui 2000 € de perte en moyenne. » Pour ce lieu privé de développement d’artistes émergents et en découverte depuis 14 ans, il s’agit de défendre des valeurs et des choix artistiques, qui ont conduit son directeur à monter en 2013 un partenariat avec une marque.

Extrait du dossier de Mathias Milliard publié par l’IRMA (mars 2014) : « Ce qui est nouveau quand on parle de crowdfunding, c’est qu’il existe des plateformes identifiées et dont la visibilité, couplée à la viralité des outils web, permet de toucher plus de monde. En France, ces plateformes ont récolté près de 80 M€ l’an dernier, trois fois plus qu’en 2012 et dix fois plus qu’il y a deux ans. (…) Sur Kisskissbankbank, ce sont plus de 350 projets musicaux qui se partagent les dons, soit un montant moyen de collecte proche des 4000 € pour un don moyen de 48 €. Autrement dit, une majorité de projets à petit budget. »
Pour en savoir plus : Financer la musique


Sous l’égide de la Fondation de France

ff-dons

En gage de toute transparence, la fondation Inter Fréquence a souhaité se placer sous l’égide de la Fondation de France par une convention actée le 12 juin 2013. Tous les fonds sont directement gérés par la Fondation de France qui, dès lors que l’on signe une fiche de décision, verse la subvention accordée au bénéficiaire que l’on aura désigné suite à la remise d’un dossier complet.

Transparence et rigueur de gestion : la Fondation de France adhère au Comité de la Charte et du Don en confiance. Elle s’engage à respecter l’ensemble des règles déontologiques de gestion et de communication établies par cette organisation indépendante, pour une traçabilité optimale des dons et la délivrance de reçus fiscaux.

pour en savoir plus : → Fondation de France

Actions et projets

couv-activites14-15La fondation Inter Fréquence soutient des projets artistiques relevant de structures associatives. Nous souhaitons que chaque projet comporte une part importante de création, dans l’objectif soit de participer à l’émergence de nouveaux talents soit de soutenir des projets ambitieux valorisant le savoir-faire et l’exigence artistique français.
Dans le cadre d’un développement d’actions à l’international, la fondation Inter Fréquence garde un oeil attentif sur l’ensemble de la zone francophone, en particulier le Canada, la Belgique, le Luxembourg, l’Afrique…

Rapport d’activités 2014-2015

Agir ensemble

En nous engageant dans l’animation d’une fondation culturelle, nous relevons plusieurs défis :

  • trouver des moyens pour que des projets artistiques existent
  • défendre l’idée qu’un spectacle est à la fois un lieu de rencontre et d’échange, mais aussi un créateur de lien social
  • convaincre qu’il y a toujours une solution, même en l’absence de modèle économique (grande précarité de l’émergence artistique)
  • créer une chaîne de solidarité, nos donateurs n’étant pas issus du monde du spectacle.

Aussi nous nous engageons à quantifier nos actions et à
communiquer avec nos donateurs. Nous tenons à leur rendre compte, sur ce que nous faisons, ce que nous allons faire, ce que nous ne ferons pas, faute de moyens et/ou faute de temps, ce que nous aurons bien fait, ce que nous aurons moins réussi.

Nous voulons faire partager nos valeurs, en espérant qu’elles deviennent celles de nos donateurs. Tout simplement, nous voulons donner du sens à leur confiance.
Notre bilan s’étoffera, au fur et à mesure de nos actions, des :

  • projets que nous avons soutenus
  • nombre de pays représentés
  • taux de réciprocité avec la France dans les échanges
  • nombre de spectacles soutenus
  • nombre de spectateurs touchés

Nos deux modèles sont la Fondation Senna (Brésil) et la Fondation Abbé Pierre qui, toutes deux, présentent à nos yeux une excellence des résultats, une distribution des dons optimisée, en un mot, une méthode.

Contribuer à notre projet devient l’occasion de donner un véritable sens à vos impôts, en alliant générosité et forte défiscalisation. C’est pourquoi nous souhaitons vous associer à notre ambition.
Si vous êtes assujetti(e) à l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, la loi TEPA du 21 août 2007 vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 75 % de votre don, dans la limite de 66 667 € chaque année, soit 50 000 € de déduction.
Si vous êtes redevable de l’Impôt sur le Revenu, la réduction fiscale est de 66 % de votre don (dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable).
Si vous êtes une entreprise, vous pouvez contribuer et bénéficier d’une réduction d’impôt de 60 % du montant de votre don, dans la limite de 0,5 % de votre CAHT (art. 238bis du CGI).

Chaque don reçu est libellé Fondation de France / Fondation Inter Fréquence et transmis à la Fondation de France dès réception. Comme tout organisme Reconnu d’Utilité Publique, celle-ci s’engage à envoyer à chaque donateur un reçu fiscal en bonne et due forme. Chaque donateur ayant communiqué une adresse mail reçoit également un lien lui permettant de télécharger son reçu.

Liens

Centre d’Informations et de Ressources pour les Musiques Actuelles (IRMA)

Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacles (Prodiss)

Zone Franche, le réseau des musiques du monde

Centre national de la Chanson, des Variétés et du Jazz

→ Foire Aux Questions

Contact

Attention, aucun dossier ne pourra être traité par l'intermédiaire de ce formulaire, réservé aux personnes désireuses de soutenir notre action.

Merci ! Message envoyé

votre nom

votre email

votre message

Informations de contact